Publié dans Agressions sexuelles, Les abus, Témoignages

Une maman se bat pour sauver ses enfants victimes d’inceste. Mobilisons-nous !

 

 

RENDEZ VOUS DEVANT LE TRIBUNAL POUR ENFANTS DE CASTRES

Vendredi 15 juin 2012 à 13h30

 

Après une année d’éloignement pour protéger ses enfants qui accusent leur père de commettre des abus sexuels, Sandrine CHASTAN est écrouée à la prison de Seysses le 8 décembre 2010. Face à son impuissance pour faire reconnaître la vérité, elle entreprend alors 30 jours de grève de la faim et 6 jours de la soif.

Le 6 juin dernier, Sandrine CHASTAN a été condamnée, pour « non-représentation d’enfants et non notification de changement d’adresse » à 1 an de prison, dont 11 mois avec sursis. Ayant déjà effectué 2 mois de préventive, Il est à noter que la Justice lui est donc redevable d’1 mois d’enfermement non justifié.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Pendant la Prison de leur maman, les enfants sont recueillis par leur grand-mère et leur tante maternelles. A la même audience du 6 juin, elles sont à leur tour condamnées pour « complicité de non-représentation d’enfants aggravée » à 3 mois de prison avec sursis pour la grand-mère et 2 mois de prison avec sursis pour la tante.

Les peines des 3 femmes s’étalent sur les 5 années à venir. La Justice a ainsi bien pris toutes ses précautions en offrant à Mesdames une bonne muselière pour se taire ! La condamnation prononcée est très lourde de conséquences pour l’avenir des enfants, même si on pourrait se contenter d’être soulagé sur le fait qu’elles ne vont finalement pas en prison.

Le message est passé : « Que cela serve de leçon » à toutes les mamans et à tous les papas qui s’obstinent à vouloir protéger leurs enfants de maltraitances… Il n’est pas bon de les croire par les temps qui courent au sein d’une justice qui a toujours raison. « La parole des enfants » doit être mise au placard.

On demandera à Sandrine de bien vouloir être « gentille » avec la Justice de son pays avec qui elle doit « se raccorder » pour enfin s’apaiser. Seulement, la maman protectrice croit toujours ses enfants, rien n’a changé. Elle ne sera apaisée que lorsque ses enfants seront enfin entendus, crus et protégés. Elle se doit de continuer à se battre pour réclamer la protection des jumeaux, Ambre & Roman (9 ans), ce vendredi 15 juin 2012.

Banderole de la Mobilisation du 6 juin 2012 : « Les dessins des Enfants »

De les protéger d’éventuelles récidives incestueuses de la part de leur père. En effet, ce dernier a les jumeaux à son domicile 2 week-end/mois et l’intégralité des vacances scolaires, alors que la plainte de Jade (l’aînée des enfants de Sandrine, née d’une première union) à son encontre pour « agressions sexuelles » est en instruction.

Le principe de « précaution » doit être établi. Au moins celle de mettre en place des visites médiatisées.

Sandrine est déjà convaincue que la Justice ne lui rendra pas les jumeaux, ne serait-ce qu’au regard de sa situation sociale actuelle. Défendre ses enfants à un coût : Celui d’avoir TOUT perdu.

Pour autant, elle espère bien retrouver son autorité parentale immédiatement et l’hébergement de ses enfants dès que sa situation lui permettra de les retrouver dans de bonnes conditions. Elle doit maintenant se munir d’un travail et d’un nouveau domicile pour y aboutir.

Il n’est donc pas question ici de vengeance à travers un divorce pour « enfoncer » un père de famille, mais bien d’un appel à une JUSTICE qui doit prendre ses responsabilités face à son rôle de protection des mineurs.

 

« A L’OPINION PUBLIQUE»

 

Nous pouvons regretter amèrement l’absence du père à l’audience du 6 juin dernier, où il s’était pourtant porté partie civile.

Que pouvons nous penser des dessins effectués par Jade à l’âge de 3 ans ½ et par Ambre à l’âge 4 ans ? Il y a 7 années d’intervalle concernant les témoignages des abus sexuels de ces deux enfants à l’encontre du même homme. «  Récidive » ?

Pour les plus réfractaires d’entre nous sur la Parole des Enfants, il sera plus facile de penser que des adultes protecteurs aliénés ont sans doute tenu le crayon. Les enfants sont de toute façon, soit manipulés, soit des menteurs… C’est bien connu !

Nous avons tous conscience que tant que les abuseurs, que ce soit hommes ou femmes, ne font pas eux-mêmes des aveux, que les enfants ont perdu d’avance. Tout comme nous savons qu’ils abusent parfaitement de ce pouvoir.

L’élément majeur qui a provoqué « la cavale » de Sandrine :

Le père de famille est venu au domicile de Sandrine le 28 novembre 09 en la menaçant de mort en présence des enfants.

Il était alors accompagné de ses parents. Sa mère n’a pas hésité à frapper Sandrine.

Sa nouvelle compagne, présente également, s’est fait passer pour une assistance sociale (usurpation de titre professionnel).

Et tout cela devant témoin !

 

Ne pouvant continuer à vivre dans l’angoisse perpétuelle de leurs menaces et ne recevant aucune protection de la part des services de l’ordre auprès de qui Sandrine a porté plainte, elle est partie avec les enfants pour se réfugier en dehors du domicile.

Elle a alors prévenu toutes les personnes compétentes et chargées de son dossier de son départ.

L’élément majeur à retenir d’un Non-Lieu :

Le père de famille a bénéficié d’un Non-Lieu le 15 février 2010, concernant les révélations d’abus sexuels d’Ambre, sa propre fille. Il apparaît important d’éclairer tous les citoyens que le Non-Lieu prononcé, s’il ne fait pas preuve de sa culpabilité, il ne fait pas non plus preuve de son innocence.

D’ailleurs, l’élément nouveau de la plainte de Jade, aujourd’hui âgée de 15 ans, qui est en mesure de parler et de se défendre devant la Justice, pourra donner « révision » de ce Non-Lieu.

Alors, pourquoi cette persistance de la part de Jade pour être reconnue enfin victime ? Il est difficile de croire qu’une adolescente se jette dans la gueule du loup tout en levant son anonymat dans une affaire médiatisée, sans avoir une bonne raison de le faire. Nous connaissons tous la difficulté d’être à l’œil nu du public. Les cas d’inceste soulèvent plus de « jeteurs de pierres » que d’encouragements.

L’élément majeur qui soulève de nouvelles inquiétudes :

La nouvelle compagne de ce père de famille a publié sur un réseau social bien connu, du 4 au 8 janvier 2012, des propos inquiétants à son encontre et celle de sa famille.

Pour ne citer que deux exemples :

– « J’ai envie de le dire de l’ecrire je deteste la famille C……X ils m’ont fait trop de mal ils m’ont détruit…..Ils ont aussi fait du mal a mes deux enfants. Mais pour eux c’est gratuit »

– « Un conseil si un jour vous croisé le chemin d’un membre de la famille faite demie tour »

La compagne a également contacté Sandrine le 6 janvier 2012 par mail :

« Bonjour, Je suis la compagne de JP et bientôt l’ex. Nous sommes en séparation. J’aimerais pouvoir vous rencontrez Je me doute que pour vous ce n’est pas facile pour me croire mais je vous assure croyé moi. Essayé de me contacter au plus vite. Merci. C…….e »

AUDIENCE DU 6 JUIN 2012

« QUAND LA JUSTICE DERAPE DANS LA MALTRAITANCE »

 

Le Président de la Cour, Patrick MIGNOT – La Procureur de la République, Manuela GARNIER

La Juge pour Enfant, Caroline FROEHLICHER

 

Le Président de la Cour a invité le public à respecter le bon déroulement de l’audience afin qu’il ne soit pas dans l’obligation de faire évacuer la salle. C’est donc presque timidement que le public a osé huer ses propos choquants en mêlant l’affaire de Sandrine à celle d’OUTREAU. Me GEIGER ne manquera pas en fin d’audience de rappeler qu’il ne fallait tout de même pas omettre que les enfants dans l’affaire d’OUTREAU ont été reconnus victimes.

Sans aucun doute, le respect ne s’est effectué que dans un sens !

Durant la confrontation, l’agressivité verbale des questions et les moqueries visibles sur la « surdité » de la maman de Sandrine aura mené celle-ci à subir un malaise cardiaque en pleine audience. Le SMUR a du intervenir en urgence.

On va conclure sur la plaidoirie violente de Madame La Procureur qui réclamait du « ferme » pour tout le monde !

Ses propos ont simplement réduit la famille à un clan de femmes affabulatrices qui induisaient le discours des enfants.

Même la plainte déposée de la part de Sandrine pour les menaces de mort était fantaisiste et de trop « que c’était du délire ».

L’affaire était réglée : Tout le monde mentait.

 

« Une Justice Impartiale ? » On peut s’interroger sur la présence à l’audience du 6 juin de la Juge des Enfants qui est celle, ni plus ni moins, qui a placé les jumeaux de Sandrine, le 05 février 2010. C’est cette même femme qui convoque Sandrine ce vendredi 15 juin ? L’enjeu de cette audience est de taille…

En effet, le placement des jumeaux se termine le 22 juin et la Juge des Enfants devra décider à qui les remettre.

 

QUELQUES ARTICLES DE PRESSE :

Le procès d’une mère qui refuse de présenter ses enfants à leur père

M6 Actu 06/06/2012 | Justice : condamnée pour avoir caché…

Une mère refuse de présenter ses enfants au père

VIDEO

Castres. Enfants cachés : la mère condamnée

 

A VOIR EGALEMENT :

Le Journal d’Ici, le 31 mai 2012 (en pièce jointe du mail)

– Enfants cachés : 3 femmes à la barre

– Affaire CHASTAN : un dossier qui fait le buzz & Internet : Le Blog de la polémique

Nous remercions les presses de leur participation : La Dépêche, le Journal d’ici, le Figaro, le Parisien, i Télé, M6, France 3, RTL, RMC, Radio France, … Et plus particulièrement les Citoyens qui se sont mobilisés de près ou de loin.

POUR DEBATTRE :

 

Doit-on penser que les bourreaux d’enfants ont moins de soucis à se faire au cœur de la Justice que ceux qui les défendent ?

 

10 mois et 8 mois de prison avec sursis pour Franck et Sandrine Lavier, deux des acquittés d’Outreau, accusés de maltraitance sur deux de leurs enfants

* CAVALE : Sandrine ne s’est jamais cachée. Toujours en possession de sa carte bleue, téléphone mobile, véhicule personnel. Ses enfants étaient visibles quotidiennement par les gendarmes. Me GEIGER l’a d’ailleurs fait remarquer lors de l’audience.

 

CONTACT AFFAIRE DE CASTRES       enfance.condamnee@gmail.com

En cas de nécessité, tous les documents seront remis aux journalistes le 15 juin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s