Publié dans Harcèlement moral, Les abus, Les pervers narcissiques, Témoignages

Victime au travail d’un abus d’autorité

C’est surtout pour venir s’établir dans une ville où Loïc venait souvent passer ses vacances qu’il a choisi de quitter sa profession. Il a fait un virage à 180 °. Loïc a toujours eu le sentiment et la démonstration que les choses arrivaient au bon moment, parfois il faut juste un peu de temps pour s’en apercevoir…

C’est un peu par hasard qu’on lui a proposé un poste bien éloigné de ce qu’il pensait pour sa deuxième carrière, mais il était varié et lui garantissait la tranquillité de vie qu’il recherchait désormais. Très rapidement sa nouvelle responsable a tenu des propos hostiles à son encontre mais il a décidé de ne pas réagir, persuadé que les choses allaient pouvoir s’arranger d’elles-mêmes.

C’est là que le piège s’est refermé, un piège qui a duré plus d’une année car il était incapable de se défendre et comprit plus tard avoir à faire face à un pervers narcissique.

Aussi son corps a réagi, il a voulu dire stop ! C’est le moment où Loïc se confie : « mon agresseur était une femme et j’étais un homme. ».

« Ça faisait plusieurs mois que j’avais déjà perdu le sommeil, j’étais irritable et imbuvable avec mes proches explique t-il. Incapable de me déconnecter de mon travail, j’étais poursuivi toutes les nuits par ma chef tandis que je revivais les situations, les propos tenus à mon encontre. J’étais un responsable rabaissé et sans marge de manoeuvre, je me sentais castré en permanence. Hasard ou coïncidence j’ai développé un phimosis (contrition de la peau du prépuce) et pour lequel le spécialiste n’a pas pu me donner d’explication sur cette apparition tardive alors que ce phénomène survient habituellement chez les jeunes garçons. C’est au moment où l’intervention chirurgicale libératrice s’est décidée que tout s’est précipité. Pour la première fois j’ai informé ma hiérarchie de la situation que je vivais. L’ampleur des faits que j’avais relaté n’a pas été apprécié, alors que concerné au premier chef, j’avais mis du temps à réaliser ce qu’il m’arrivait et attendu encore pour en parler, mais malgré tout j’espérais finalement une compréhension immédiate de ma direction, c’était impossible ».

Loïc a cherché l’appui de ses proches quant à sa démarche de vérité, on lui disait de fuir, il a cherché l’appui de ceux qu’il pensait avoir été des témoins significatifs, mais leur crainte du système était ancrée. Alors qu’il avait servi la justice et que son ancien métier était justement la recherche de la vérité, tout s’articulait pour qu’il laisse tomber. Fallait-il donc qu’il se renie à lui même ?

Loïc est entré dans une sévère dépression, des idées noires plein la tête. « Parfois descendre au plus bas permet aussi de remonter très vite. » explique t-il. Il avait enfin conscience de la nécessité de se faire aider, il eut la chance que son médecin traitant, sur le départ pour 4 mois à l’étranger, lui remette un dépliant de l’association E.V.A déposé dans son cabinet juste quelques jours avant.

Un contact téléphonique, un premier rendez-vous pris très rapidement et déjà le soulagement d’avoir trouvé la structure et la personne qui pourrait l’aider…

« La qualité de l’échange, mon envie de m’en sortir, mes possibilités, c’est un travail en accéléré qui a pu être réalisé. J’ai aussi pu être orienté sur des lectures qui m’ont permis de comprendre plus vite, très vite, ce qui s’était passé. En couchant sur le papier ces événements j’ai vidé mon esprit n’ayant plus besoin de les ressasser, j’ai pu petit à petit retrouver le sommeil ».

Maintenant Loïc n’est plus cette proie hypnotisée, passive, à nouveau debout et maître de ses choix. En parallèle, il a eu la chance de rencontrer une personne, ancienne victime de sa responsable, courageuse de lui avoir apportée son témoignage si proche de sa propre expérience.

« Si je ne suis donc pas le premier, je souhaite être le dernier et même si tout n’est pas encore terminé, j’ai déjà gagné car j’ai retrouvé ma conscience et mon identité ».

Par ce témoignage dire à tous, celles et ceux qui pensent être dans une impasse ou s’imaginent ne jamais parvenir à voir le bout du tunnel, qu’il y a si peu de temps encore il était dans cette situation et que l’on peut très vite rebondir. Les choses mettent parfois du temps à se mettre en place, mais lorsque l’on obtient l’aide et les informations adaptées le chemin s’éclaire très vite et de toute expérience il y aura toujours un enseignement à tirer.

Aussi Loïc tient à remercier Sabine-Hoa et plus largement l’association EVA, un réseau qui s’étoffe sans cesse de toutes les expériences et compétences de celles et ceux qui le rejoigne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s